Abarcas Menorquinas

L’HISTOIRE DES AVARCAS MENORQUINAS ET DE LA MARQUE DE GARANTIE AVARCA DE MENORCA

Simple, confortable et pratique. Ce sont les trois qualités qui viennent à l’esprit quand on pense aux avarcas de Minorque, n’est-ce pas? Et J’ajouterais aussi le stylo, le succès et la tendance : avec eux, vous pouvez définir un style, ils sont un succès en toute occasion et ils sont aussi un must que tout le monde devient avoir dans leur garde-robe pour définir la tendance.

Mais savez-vous d’où viennent les avarcas de Minorque? Sûrement vous me répondrez, bien sûr, ils viennent de Minorque! Mais Je fais référence à leur origine. Spécifiquement, à la base qui a donné naissance à vos sandales préférées. Vous voulez le savoir ? Eh bien, Je vais vous le dire!

Minorque a été une terre conquise en de nombreuses occasions. Le merveilleux port naturel de Mahom était un objet de désir pour ceux qui voulaient étendre leurs empires. Dans chacun de leurs séjours, leurs conquérants ont laissé un « souvenir », une « coutume » ou un « vestige » que les Minorquins ont transformé et adapté à leurs besoins et à leur stylo de vie. C’est également le cas des avarcas de Minorque. Comme Je l’ai mentionné dans le post à propos du nom de l’avarca, le terme « abarca » n’est pas réservé à Minorque, mais on le trouve dans d’autres parties de la géographie espagnole et méditerranéenne, pisqu’il trouve son origine dans l’Empire romain.

Cependant, il semble que leur arrivée à Minorque n’ait pas été avec eux, mais avec la couronne catalane-aragonaise qui. Avec leur conquête au XIIIᵉ siècle, a inspiré les paysans de Minorque, surtout ceux du centre de l’île, où se trouve l’usine Mibo des avarcas de Minorque, à créer des chaussures souples et résistantes qui leur permettraient de travailler la terre avec les pieds protégés du froid, des pierres et du chaume. Le froid, vraiment ? Oui, comme vous l’avez lu. Les paysans de Minorque avaient l’habitude de mettre de la paille à l’intérieur de leurs avarcas primitives pour les protéger de l’humidité et pour regarder leurs pieds au chaud, sans qu’ils aient des engelures qui les empêcheraient de continuer à travailler.

À l’origine, les paysans fabriquaient leurs propres avarcas de Minorque, assis devant le feu pendant les nuits froides de San Miguel jusqu’à Noël (de septembre jusqu’à décembre). J’aime les imaginer, racontant des contes populaires et fabriquant ou réparant leurs avarcas tout en faisant d’autres travaux, comme la fabrication d’ustensiles en alfa, la fixation de chaises avec de la corde (cordar cadires de Bova) ou la fabrication de balais de palmier. C’était une époque modeste et les avarcas faisaient parfois même partie du salaire des ouvriers agricoles, des « missatges », des journaliers qui aidaient les fermiers et leur famille.

La matière initiale était le cuir des animaux (vaches, cochons…) de leurs « llocs », les fermes typiques de Minorque. Qui n’a pas rêvé de vivre dans l’une d’entre elles ! Ils ont utilisé ce cuir pour fabriquer toute l’avarca, de la semelle aux sangles de fixation, en choisissant toujours les parties les plus épaisses et les plus grasses pour une meilleure protection. Avec l’arrivée des roues en caoutchouc, c’est la révolution : Ils ont changé le cuir des semelles pour la bande de roulement de pneus et les lanières pour des bandes de caoutchouc prélevées sur les flancs des pneus, donnant ainsi encore plus de résistance et d’adhérence à leurs avarcas.

Ils étaient si confortables et résistants que la bourgeoisie minorquine a commencé à les utiliser. Cependant, ces avarcas primitives étaient trop grossières (c’est-à-dire qu’elles n’étaient pas très jolies!) pour les beaux pieds des dames, alor vers 1955, elles ont demandé à un atelier du centre de l’île. À des cordonniers experts, de leur faire un modèle plus raffiné. Leur succès auprès des « señores » (la bourgeoisie et la noblesse de l’île) est tel que l’on organise même des danses dans lesquelles les seules chaussures autorisées sont les avarcas de Minorque.

Depues lors, le principal client de l’avarca minorquine a toujours été le touriste, et son succès a été tel que, depuis 1965, Il y a eu plusieurs tentatives pour breveter, contre lesquelles les fabricants locaux se sont battus, avec l’aide du PIME Minorque, jusqu’à ce qu’ils obtiennent, en 2000, quelques règles de réglementation de base (Avarca Product de Menorca) du Conseil Insulaire, qui a servi de base à cette dernière, avec l’Association des fabricants des chaussures de Minorque, pour approuver en 2010 la réglementation officielle de la marque de garantie Avarca de Menorca, afin de céder son usage commercial aux entreprises de l’île qui le demandent et qui respectent la réglementation.

La marque Avarca de Menorca informe les consommateurs sur l’indication géographique de production et distingue sur le marché les avarcas qui répondent aux exigences techniques de qualité des matériaux et de fabrication – une obligation!

Très intéressant! Connaissiez-vous cette histoire ? J’ai adoré faire des recherches maintenant J’aime encore plus porter ma Mibo Avarcas, sachant qu’elle est le fabricant officiel de l’Avarca de Minorque, une distinction que ses avarcas portent avec fierté sur les cinq continents, en promouvant l’île de Minorque à travers son symbole le plus représentatif. Il n’y a rien de mieux que l’union de la tradition et de l’innovation dans un produit qui vient du cœur.

Je les utilise tous les jours et vous ?

Source : information historique extraite du texte « L’Avarca de Menorca. Un calçat del cap per al futur de Menorca », par Miquel À. Marquès Sintes, fourni par le Conseil Insulaire de Menorca

 

Envoi gratuit Vers l'Espagne, pour l'achat de 4 paires ou plus d'avarcas minorquines

Échanges dans un délai de 15 jours Vous n'êtes pas satisfait/e de votre commande ? Vous disposez de 15 jours pour faire un échange sans engagement

Retours dans un délai de 20 jours Retournez vos produits à l'aide du page d'échanges et de retours